Icone Camion Livraison- Laboratoires Biorecherche
Livraison gratuite dès 49 €*
Icone Payement Carte Bancaire - Laboratoires Biorecherche
Paiement 100% sécurisé
Drapeau France - Laboratoires Biorecherche
Fabrication française

Blog

L’acide gras pour lutter contre le cancer ?

in Santé et vitamine D 7 octobre 2021

Une équipe interdisciplinaire de l’Université Catholique de Louvain a fait une découverte majeure : un acide gras de type oméga-3, le DHA, aurait le potentiel d’aider à lutter contre le cancer.

Le DHA, acide gras Oméga 3 : c’est quoi ?

Le DHA (aussi appelé acide docosahexaénoïque) fait partie de la famille des Oméga-3. Il est reconnu pour ses effets bénéfiques sur le cerveau, la vision, et le cœur

Ses caractéristiques sont les suivantes :

  •     Présent dans les produits de la mer
  •     Indispensable pour le cerveau et les fonctions cognitives
  •     Effet protecteur sur le cœur et les yeux
  •     Une carence en DHA favorise les maladies neuro dégénératives et la dépression

 

Comment l’acide gras lutte contre le cancer ?

Des spécialistes du cancer de l’université catholique de Louvain et des bioingénieurs spécialistes de la nutrition ont découvert que le DHA était en capacité de neutraliser des cellules tumorales agressives.

Les chercheurs ont réussi à démontrer que les cellules tumorales engloutissaient les DHA mais n’arrivaient pas à les stocker correctement, ce qui les empoisonne et les tue par ferroptose, une forme de mort cellulaire liée à la peroxydation d’acides gras.

Une étude a été menée sur des souris. Différents types d’acides gras ont été testés et c’est le DHA qui s’est avéré être le plus efficace, soit le plus toxique pour les cellules cancéreuses. Le DHA pourrait donc être combiné avec des traitements (comme la chimiothérapie) afin de les renforcer.

Pourquoi consommer des aliments riches en Oméga-3 DHA ?

Les aliments riches en Oméga-3 possèdent de nombreux bienfaits. Ils sont bénéfiques pour :

  •     Le cerveau

Le DHA est très important pour le fonctionnement du système nerveux. En effet, il permet de faciliter les connexions neuronales et les échanges entre le cerveau et le reste de l’organisme.

Les aliments riches en Oméga-3 permettent donc de limiter les risques de maladies neurodégénératives (comme l’Alzheimer) et de préserver les fonctions cognitives (mémoire, éveil, concentration). 

  • La qualité de la vue

L’acide gras Oméga-3 DHA joue un rôle important sur la qualité de la vue. C’est un constituant essentiel de l’œil. Il est donc important d’avoir un bon apport de DHA pour le renouvellement des photorécepteurs rétiniens et pour limiter le risque de pathologies oculaires.

  •     La protection cardiovasculaire

L’Oméga-3 DHA possède un rôle protecteur sur le système cardiovasculaire. Le DHA a la capacité de fluidifier le sang. Il a un également un effet anti-inflammatoire et diminue la formation des plaques d’athérosclérose et de caillots au sein des vaisseaux. Avoir un bon apport en DHA permet donc de diminuer le risque de mortalité lié aux accidents cardiovasculaires.

Quels sont les aliments riches en DHA ?

Voici les 10 principaux aliments riches en DHA :

  •     Saumon (frais ou en conserve)
  •     Corégone ou maquereau (cuit au four)
  •     Thon (cuit au four)
  •     Caviar
  •     Hareng (cuit au four)
  •     Thazard tacheté (cuit au four)
  •     Morue (fumée ou cuite au four)
  •     Truite arc-en-ciel d’élevage (cuite au four)
  •     Chinchard (en conserve)

Quels sont les effets indésirables des Oméga-3 DHA ?

Il est possible d’avoir une carence ou un excès de DHA : 

  •     Dans le cas d’une carence 

Cela fera augmenter la vulnérabilité face à la dépression et aux troubles de l’humeur. À plus long terme, la carence peut également favoriser les maladies neuro dégénératives précoces, les maladies cardiovasculaires et les pathologies de l’œil. 

  •     Dans le cas d’un excès

Consommer trop d’Oméga-3 n’a pas de risque particulier. L’EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments) a mené une étude sur le sujet et les experts ont conclu qu’une consommation maximale de 5g de DHA par jour n’augmente pas la glycémie, ni le risque d’hémorragies, ni la fonction immunitaire.

Quelles perspectives pour l’acide gras DHA ?

La recherche de l’Université Catholique de Louvain ouvre de nombreuses perspectives, et pas seulement thérapeutiques : « La première consiste à développer des aliments riches en DHA en profitant de la capacité enzymatique des animaux. En donnant aux salmonidés, les truites arc-en-ciel ou les saumons, des précurseurs qui conviennent, il est possible d’obtenir une chair riche en DHA mais pauvre en contaminants. Les poules, nourries de façon adéquate, pourraient produire des œufs riches en DHA. Et certaines micro-algues synthétisent également le DHA. » nous dit Yvan Larondelle, professeur à la faculté de bioingénieurs.

D’autres projets sont en cours de réflexion : « On pourrait très bien imaginer des cocktails d’huiles pour augmenter la prévention concernant le développement de la tumeur… Et pourquoi pas des crackers enrichis avec ces huiles qui remplaceraient les chips à l’apéro ? » évoque Yvan Larondelle.

Laisser une commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Panier